Mercredi, le 26 janvier 2005

 

Le jeune Étienne Eysseric a vaincu le cancer

Il n’a que huit ans et demi et a déjà traversé des épreuves très difficiles. Étienne Eysseric a réussi à affronter un adversaire redoutable: le cancer. Après plus d’un an de combat, il a remporté une première victoire, mais il doit rester fort et garder le moral tant et aussi longtemps que la maladie n’aura pas abandonné la bataille.

Né en pleine santé, Étienne était loin de se douter que le cancer le suivait de près. En février 2003, alors qu’il participe à un tournoi de hockey, il ressent une douleur à la jambe. «Étienne ne se plaint pas généralement, j’ai donc décidé de consulter un médecin et il m’a dit que c’était une grippe musculaire. Toutefois la douleur persistait et j’avais des doutes, jusqu’à ce qu’un matin, il n’arrive plus à marcher. Nous sommes allés à Sainte-Justine où les médecins ont diagnostiqué un cancer neuroblastome de grade quatre», a expliqué sa mère Johanne Bélair qui est également infirmière à l’hôpital de Saint-Jérôme. Une masse se trouvait près du rein du jeune Étienne. Des cellules cancérigènes avaient envahi sa moelle osseuse. «C’est un cancer sournois que nous n’avons pas pu déceler avant. Il ne restait plus beaucoup de temps et Étienne avait besoin d’urgence d’une greffe de moelle osseuse.»

Étienne en compagnie de Marie-Mai Bouchard lors du passage de Star Académie.

Des traitements difficile

C’est avec beaucoup de courage que Étienne a subi six traitements de chimiothérapie, ce qui a entraîné la perte de ses cheveux et l’a rendu gravement malade. Il a passé près d’une année à l’hôpital. «J’étais découragé, mais j’ai gardé le moral. Il y avait une salle de jeux à l’hôpital et des fois Janine, l’infirmière, venait jouer avec moi», se rappelle le jeune Étienne. Il a eu également la visite de quelques vedettes de Star Académie qui sont venues l’encourager. «Pendant mes traitements, je suivais cette émission et je dois dire que leur rencontre m’a redonné de l’énergie. J’ai même fait une entrevue et j’ai passé à la télévision.» Après les traitements, Étienne a dû vivre l’étape la plus pénible, la greffe de la moelle osseuse. «Au moment de l’opération, nous tenions sa main. C’était comme une seconde naissance», se souvient sa mère. La famille Eysseric croyait que la tempête était passée, mais Étienne a ensuite vécu cinq semaines d’enfer. Son système immunitaire étant à zéro, il a subi plusieurs complications. «Malgré tout, il n’a jamais pleuré. Sa seule demande était d’avoir une serviette d’eau froide sur le front», exprime la maman, fière de son fils. Finalement, il a vu la lumière au bout du tunnel. Son retour à la maison n’a pas été facile. Il fallait tout surveiller et être très prudent afin qu’il n’attrape même pas un petit rhume. Depuis juin 2004, il est en rémission. Il a recommencé l’école. «Malgré six mois d’absence, il a pu suivre ses amis en troisième année. Son enseignante, Caroline Roy de l’Académie Lafontaine, l’a beaucoup aidé en venant à l’hôpital.» Il faut maintenant attendre cinq ans pour dire que le cancer est vraiment guéri. Tous les trois mois, il y a des tests à passer et chaque fois c’est une angoisse pour les parents. Toutefois, c’est une première victoire et Étienne espère bien que les prochaines parties se joueront seulement sur la glace avec un bâton de hockey.